LES MIGRANTS PARCOURS EUROPEENS , SORTIE BANDE DESSINEE EN 8 langues

LES MIGRANTS _ Tome III - Parcours européens

Par Frederic Praud (albums) · Mis à jour : Il y a 52 minutes · Modifier l’album
Afficher tout

Lien commercial

La Vache Qui Rit
La vache qui rit présidente en 2012 ! Viens veauter et tente de remporter plein de cadeaux !
LA NUIT NOMADE
Demain, ils devront choisir. LA NUIT NOMADE, au cinéma le 4 avril
Roulez en BMW
BMW Série 3 à partir de 24 900 € ! Découvrez nos offres exceptionnelles du 10 au 24 mars.
AXA People Protectors
Votre Like a le pouvoir de sauver des vies au Bénin… Cliquez sur Like !
France Inter

LES MIGRANTS : Parcours Européens

SYNOPSIS Tome III
« LES MIGRANTS : PARCOURS EUROPEENS »

L’ouvrage présente six récits de témoins migrants issus de différents pays européens. Les récits s’articulent autour des mêmes thématiques : l’enfance dans le pays d’origine, le contexte historique et économique ; les raisons du départ et le départ ; l’intégration en France.

http://www.lettresetmemoires.net/migrants-parcours-europeens.htm

Mario Guzzi – Italie (Dijon)

Mario Guzzi naît en 1942 à Panettieri en Calabre. Du petit calabrais fasciné par l’Amérique, au Maître cordonnier installé en France, il a construit et travaillé son rêve, patiemment, avec la fierté et le savoir-faire de l’artisan. Fils de cordonnier, Mario grandit dans un petit village isolé de Calabre. Pauvre mais heureux, il apprend dès l’âge de 11 ans le métier auprès de son père, qui lui montre tous ses secrets. A l’adolescence, il est envoyé en France afin de rejoindre sa sœur et son beau-frère pour quelques mois. Il découvre un autre monde, un nouvel état d’esprit, une certaine liberté. Décidé à revenir, il quitte la Calabre pour la Moselle. Mario apprend petit à petit le français, commence à travailler comme maçon, puis réussit à exercer le métier qui est le sien, cordonnier. Il se marie avec une jeune fille française et s’installe définitivement en Bourgogne, où il devient maître artisan, formant des dizaines de jeunes apprentis. Français et Italien, Mario a gardé des liens avec son pays d’origine, et a transmis à ses enfants sa culture italienne.





Mirela – Roumanie (Soissons)

Mirela naît en 1962 à Sighişoara, en Transylvanie. De soumissions en libérations, elle lutte pour son autonomie et son indépendance, et pour celles des autres. Élevée dans la Roumanie communiste de Ceauşescu, Mirela grandit dans un pays fermé, sans perspectives de choix. Se rêvant maîtresse d’école, elle est orientée vers l’électrotechnique. Enceinte à dix-huit ans, elle se marie, et doit se soumettre à l’autorité de son mari et de sa belle-famille. Elle ne dispose pas de son salaire, ne gère pas le budget du ménage, ne peur rien acheter, et ne peut élever sa fille, celle-ci vivant chez ses beaux-parents. Après des années de dictature et de déchéance économique, la Roumanie se libère de son dictateur, et accède à une nouvelle liberté. La situation du pays ne s’arrangeant pas, Mirela craint le licenciement, mais la révolution lui donne le courage de prendre sa vie en main. Elle divorce et prend se première vraie décision : elle passe le permis de conduire. Séparée de sa fille, elle décide de rejoindre sa sœur en France, où elle rencontre son deuxième mari. Installée en Picardie, elle se bat pour pouvoir exercer le métier qu’elle souhaite, et travaille à présent comme conseillère d’insertion auprès de femmes et de jeunes, utilisant sa propre expérience pour venir en aide aux autres.


Jacek Rewerski – Pologne (Angers)

Jacek Rewerski naît à Gdansk en 1955. Rêvant de voyages dès son plus jeune âge, il parvient, avec ses parents, à échapper à la Pologne communiste et à vivre son rêve de découverte, sans jamais se défaire de ses racines et de sa volonté de les faire connaître aux autres. Jacek grandit à Sopot près de Gdansk, dans une famille marquée par la guerre, la résistance aux Allemands, et aux Russes. La Pologne communiste, et la volonté de son père de ne pas adhérer au parti, impose à la famille des conditions de vie modestes et difficiles. En 1968, la famille saisit l’opportunité de partir travailler en Algérie. Jacek vit alors pour la première fois son rêve d’aventure. C’est la découverte d’une autre culture, mais aussi, au passage, la découverte de l’Europe de l’Ouest et de ses possibilités. Après un bref retour en Pologne, Jacek et sa famille réussissent à rejoindre la France pour s’installer dans le Nord. Il y suit des études de géographie, mais ressent un énorme décalage avec la communauté polonaise du Nord. Naturalisé français, il bénéficie d’un voyage d’étude en Pologne pendant l’Etat de Guerre ; il soutient la résistance polonaise et Solidarnosc, tisse des liens avec la France. De retour en France, il s’installe en Anjou, travaille comme enseignant, crée l’association « Solidarité enfance Pologne ». Se définissant comme « Franco-Polo », selon l’expression de ses enfants, il s’engage à faire connaître la Pologne et son histoire véritable.


Laura Garcia Vitoria – Espagne (Paris)

Laura Garcia Vitoria naît à Calahorra, dans la Rioja, en 1947. Justice, indépendance et liberté, sont les combats qui jalonnent sa vie. Laura Garcia-Vitoria grandit dans une Espagne franquiste, au sein d’une famille républicaine. Etouffée par le poids de l’Eglise, des différences sociales, inhibée par la place des femmes dans la société, Laura est contrainte de stopper ses études, et de se marier avec un homme maltraitant. Laissée pour morte par son mari, elle quitte l’Espagne, et trouve en France le refuge dont elle rêvait, la possibilité de commencer à vivre. Choyée à l’université dans le milieu des étudiants migrants, méprisée par les Français pour lesquels elle travaille comme fille au pair, elle poursuit ses études avec courage et détermination, afin de construire un nouveau foyer pour son fils. Après un long combat pour en reprendre la garde, elle travaille avec passion dans l’enseignement. Chercheuse pionnière des nouvelles technologies, Laura Garcia-Vitoria travaille sur l’économie de la connaissance. La France comme mère intellectuelle, viscéralement espagnole, elle se bat aujourd’hui pour que l’Humain soit au cœur des nouvelles technologies, et non l’inverse.


Jacky Da Costa – Portugal (Besançon)


Jacky Da Costa naît en 1947 à Barco au centre du Portugal. De séminariste au Portugal à responsable logistique en France, il tisse des liens entre ses deux pays européens. Jacky Da Costa grandit dans un petit village au pied des montagnes portugaises. Avant-dernier d’une famille de dix enfants, les conditions de vie sont très modestes. Il bénéficie cependant du privilège d’aller à l’école, et travaille à l’église pour servir et aider le prêtre. Le séminaire lui permet de poursuivre ses études. Pendant les années soixante les guerres d’indépendance font rage au Mozambique et en Angola. Pour échapper au service militaire, Jacky part en France, à Besançon, où il retrouve une partie de sa famille. Logé dans des baraquements, il commence par travailler dans le bâtiment. Petit à petit, les conditions s’améliorent, il change de travail, et s’engage dans des associations chrétiennes venant en aide aux nouveaux migrants portugais. Après la révolution des œillets, il choisit de rester en France, le décalage entre les deux pays étant trop grand. Il se marie, poursuit sa carrière, et continue son engagement à travers la pastorale des migrants, et l’écriture d’articles dans différents journaux portugais.

Margarete Rennert – Allemagne (Sarcelles)


Margarete Rennert naît en 1935 à Bad Homburg près de Francfort. Antifascisme, syndicalisme, féminisme, sont autant de combats qui jalonnent sa vie. Margarete grandit sous le nazisme auprès d’une mère opposée à ce régime, mais contrainte de s’y plier. Pendant la guerre, elles sont seules à Francfort, entre bombardements et pénuries, travail obligatoire et brimades des jeunesses hitlériennes. A la libération, Margarete pousse sa mère à suivre le prisonnier français dont elle est tombée amoureuse pendant la guerre, et à quitter son père. Elle rêve de la France et ne veut plus entendre parler de l’Allemagne. Installées en région parisienne, elles subissent les insultes dues à leur nationalité, mais Margarete apprend petit à petit à se défendre, pour devenir « Margot la Tigresse ». Mariée et mère à 16 ans, puis remariée, elle s’engage pleinement auprès des manifestants de 68, avant de retrouver son indépendance en divorçant au début des années 70. Après un retour difficile en Allemagne, Margarete revient en France, s’installe à Sarcelles, et devient déléguée du personnel, luttant pour les droits des salariés et les droits des femmes dans l’entreprise. Aujourd’hui retraitée, elle est investit dans sa ville, Sarcelles, où elle vit avec « le monde à ses pieds », s’engageant dans l’alphabétisation des jeunes primo arrivants, œuvrant pour le dialogue entre les cultures.

Vues : 105

Pièces jointes :

Y répondre

Réponses à cette discussion

pour l'instant la bd papier est en français, une traduction en anglais est déjà prête, la traduction en allemand est commencée, il reste le polonais, le roumain, l'italien, l'espagnol, le portugais pour une diffusion européenne en ebooks pour l'ensemble... une traduction de l'ensemble de la collection en arabe est également envisagée... à suivre, fred praud

RSS

Supporters

Be Creative ! Make your Difference !

Activité la plus récente

Bram est désormais membre de L'Ecole Hors les Murs - School Beyond The Walls
Il y a 14 heures
Durot est désormais membre de L'Ecole Hors les Murs - School Beyond The Walls
25 sept.
Benjamin BEN-LULU est désormais membre de L'Ecole Hors les Murs - School Beyond The Walls
13 sept.
Mamadou SOW a laissé un commentaire pour Antonella Moretti
"Bienvenue à vous "
10 sept.
Antonella Moretti est désormais membre de L'Ecole Hors les Murs - School Beyond The Walls
10 sept.
Paola Testaferrata a mis à jour son profil
1 sept.
clauss est désormais membre de L'Ecole Hors les Murs - School Beyond The Walls
26 août
Cathy et Patricia Maucourt sont désormais ami(e)s
23 août
Photos publiées par Patricia Maucourt
23 août
Mamadou SOW a laissé un commentaire pour Jean-Marie VOLET
"Bienvenue à vous "
22 août
Mamadou SOW a laissé un commentaire pour cisse moussa
"Bienvenue à vous sur HLM"
22 août
Mamadou SOW a laissé un commentaire pour Patricia Maucourt
"Bienvenue sur HLM"
22 août

Badge

Chargement en cours…

© 2014   Créé par Vincent Mespoulet.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation