http://www.dailymotion.com/relevance/search/gr%25C3%25A8ve%2Bdu%2Bs...

Vidéo du self!!!!

Regardez tous cette vidéo, vous serez un peu choqué....

Vues : 73

Y répondre

Réponses à cette discussion

tu t'es trompé s'est http://www.dailymotion.com/relevance/search/self%2Bmanosque/video/x... cliquée sur le lien pour voir la video.
Morgane, pourqoi les élèves ne sont pas content pour la bouffe?
Par example dis moi quoi vous mangez à l'école. Merci.
En fait, Grazina, il s'agit d'une action de protestation (pas d'une "grève" ni d'une "révolution") des élèves de plusieurs collèges à Manosque ou dans les environs. Ils ne sont pas contents ni de la quantité ni de la qualité des repas donnés dans les établissements scolaires. Donc ils ont organisé eux-mêmes (ce qui est un phénomène intéressant) cette protestation. Il y a quelques jours on a vu en affichage sauvage la proposition "vendredi midi, apportez vos sandwiches et n'allez pas manger au réfectoire". Effectivement, ils se sont regroupés sous le préau (les pauvres, il pleuvait et il faisait froid...) ce midi avec des sandwiches et en criant "votre bouffe c'est de la merde"... Le problème c'est que l'on ne prend pas très au sérieux généralement la parole des élèves. Des représentants du Conseil Général sont venus hier expliquer leur point de vue devant des représentants des élèves (d'après ce que j'ai compris, pas forcément des délégués de classe, mais des élèves qui se sentaient concernés par le problème, il serait intéressant d'ailleurs de voir comment il a été tenté par les responsables adultes de choisir les interlocuteurs élèves...) et des représentants des parents (qui malheureusement ne représentent souvent qu'eux mêmes)...

Pour comprendre la situation il faut en fait essayer de comprendre le contexte de le crise de la restauration scolaire... La loi du 13 août 2004, dans le cadre de la la décentralisation Raffarin (alors Premier Ministre), il a été décidé d'un transfert de compétences: les personnels TOS (personnels Techniciens, Ouvriers et de Service) c'est à dire les personnels non enseignants de l'éducation nationale ont vu leur statut changer. De fonctionnaires Fonction Publique Education, ils sont passés fonctionnaires Fonction Publique Collectivités Territoriales. Cela concerne donc les cuisiniers, puisque jusqu'en 2004 les cuisines étaient intégrées aux établissements. Qu'est ce que cela veut dire concrètement ?

1. Le Conseil Général a créé une Cuisine Centrale installée à Chateaux-Arnoux où sont préparés les plats des différents établissements qui sont ensuite acheminés. Le cuisinier sur place se contente donc de réchauffer les plats et se casse la tête pour essayer comme il peut de leur donner un peu de goût, avec les maigres moyens à sa disposition. C'est d'ailleurs en passant une forte dévalorisation du métier des cuisiniers... Et surtout cela empêche de développer véritablement une pédagogie de l'alimentation, de la nutrition, de la diététique en liaison avec un projet d'établissement puisque de facto la cuisine est déconnectée de l'établissement.
2. On a vu assez rapidement s'installer une détérioration et de la qualité et de la quantité des rations. Non pas que les élèves refuseraient de manger des légumes comme cela leur est souvent opposé (on dit un peu trop vite qu'ils ne veulent que des steaks frites et des hamburgers...), mais le problème c'est plutôt l'insipidité des plats et la faiblesse des rations. Les 4èmes/3èmes, en pleine croissance, par exemple, estiment ne pas manger toujours à leur faim et en voudraient plus...
3. Pire encore cela crée des inégalités entre départements. Il y a des départements plus riches que les autres qui peuvent mettre à peu près ce qu'il faut, et d'autres beaucoup moins lotis, comme les Alpes de Haute-Provence (département rural, peu peuplé) qui font comme ils peuvent... La stratégie consiste bien à faire des économies: le désengagement de l'Etat n'est pas toujours compensé par les collectivités territoriales locales, car le transfert des compétences ne s'accompagne pas forcément du transfert des moyens à mettre en oeuvre pour mettre en place un service public égal pour tous... Plus grave encore, la solution peut consister alors d'abandonner une gestion directe par une Cuisine Centrale comme cela se passe ici pour choisir la solution de l'externalisation des services, leur privatisation confiée à une entreprise, à une société privée de restauration. Et dans ce cas, il y a un redéploiement des personnels TOS dans d'autres services, un non remplacement de ceux qui partent à la retraite. La société privée prestataire de services, pour rester rentable, va elle chercher à rogner sur la qualité/quantité et va embaucher des personnels moins qualifiés, avec des contrats précaires pour avoir des coûts salariés moins élevés...
A l'époque, en 2004, je faisais partie des rares enseignants du département à faire grève avec les personnels TOS. Je me rappelle m'être trouvé au siège du Conseil Général pour les raisons que j'évoque brièvement...

On voit désormais le résultat, quatre ans après de ce que veut dire "rentabiliser" un service public... Les élèves ne connaissent pas le contexte du problème, mais manifestent spontanément un mécontentement que je trouve personnellement plutôt légitime. Les profs eux mêmes font les autruches même si, justement ils sont de moins en moins nombreux à manger à la cantine scolaire et préfèrent amener leur tuperware et manger en salle des profs... Donc si les profs eux mêmes sont de moins en moins nombreux à aller manger au self, c'est bien pour certaines raisons, non ?

Annexes...:
1. Extrait de l'Argumentaire du syndicat Sgen CFDT en 2004 contre ce transfert:
Affirmation : Les ouvriers chargés de l’entretien et du nettoyage resteront dans les établissements.

Réponse : Ce n’est pas certain. Plusieurs présidents de régions ou de départements ont déjà clairement laissé entendre que si on leur donnait la responsabilité des ouvriers, ils la prendraient entièrement.
Par ailleurs, pour l’association des présidents de région, les Atoss ne font pas partie de l’équipe éducative.
Derrière ces prises de position se profile la mise en place d’équipes d’entretien, intervenant le matin et le soir et n’ayant plus aucun lien avec les établissements.
Au départ, puisqu’il faut bien faire avec les fonctionnaires en place, elles auraient la charge de tous les établissements.
Ensuite, au fur et à mesure des départs à la retraite, leur périmètre d’activité pourrait diminuer et leur travail serait confié à des entreprises privées.
Cela concerne aussi la restauration. Si la politique des départements et des régions a été jusqu’ici de favoriser les cuisines intégrées aux établissements, elles risquent fort de changer de cap quand elles auront la charge des personnels. Les cuisines centrales, publiques dans le meilleur des cas ou privées, risquent de se généraliser. Pour s’en convaincre, Il suffit de regarder du côté des communes qui ont confié la restauration scolaire au privé.
Cela irait aussi à l’encontre du rôle éducatif de la restauration scolaire et des recommandations de l’Agence française de sécurité alimentaire des aliments qui, dans un rapport en date de juillet 2000 (1), stipule : " Les objectifs assignés à la restauration scolaire devraient être plus ambitieux en participant à l’éducation nutritionnelle des enfants par l’amélioration de leurs comportements alimentaires, ou en s’inscrivant dans des projets pédagogiques fédérateurs ". Comment répondre à ces objectifs si la restauration scolaire est totalement déconnectée des établissements ? Comment l’inscrire dans un projet pédagogique si les enseignants et les Tos dépendent d’administrations différentes ?

- Affirmation : L’État assurera une péréquation, qui permettra de corriger les inégalités de ressources entre les collectivités territoriales, ce principe est désormais inscrit dans la Constitution.

Réponse : Quand on connaît les finances de l’État, on peut douter de la faisabilité de cette péréquation. D’ailleurs, les baisses successives des revenus de l’État, notamment au travers de l’impôt sur le revenu, se traduisent partout par une augmentation des impôts locaux, notamment des parts régionales et départementales. En fait, les lycées et collèges risquent fort de se retrouver dans la situation des communes. Par exemple, pour la restauration scolaire des écoles primaires, le rapport précédemment évoqué [1] cite une fourchette de prix du repas allant de 1 à 12 contre 1 à 1,5 dans l’enseignement secondaire. C’est un accroissement des inégalités des chances et des droits suivant le budget familial auquel nous risquons d’assister.

2. Extrait de Nutrition et restauration scolaire, de la maternelle au lycée : Etat des lieux (juillet 2000) (Voir Fichier Joint)


Les objectifs assignés à la restauration scolaire devrait être plus ambitieux en participant à l’éducation
nutritionnelle des enfants par l’amélioration de leurs comportements alimentaires, ou en s’inscrivant
dans des projets pédagogiques fédérateurs.
La nutrition, déjà présente de manière importante dans les manuels de biologie, pourrait être utilisée
comme un thème interdisciplinaire, pouvant s’inscrire dans les programmes d’enseignement au sein
des établissements que ce soit dans les cours d’histoire, de géographie par exemple
Pièces jointes :
Nous mangeons du gratin de chou-fleur, Des hamberger "dur".....
je pense la même chose que toi Erwan mais que faire! Quels sont nos moyens de pression? Ne plus mettre nos enfants à la cantine? et je parle de la cantine pour certains de la crèche au lycée.Ce n'est pas possible pour beaucoup de parents et les repas froids dans la cour ou pire dans la rue ça ne me convient pas non plus.
Bonjour !
Je n'étais pas à la cantine quand la révolution s'est passé :(j'ai mangé chez moi).
Je suis contre la nourriture gachée.
A part un steak haché + frites (1 fois) les portions sont trop petites !!! exemple: on a eu deux minis petits suisses la moîtié de petits suisses normaux. Et des pates même pas la moîtié d'une assiette pleine comme chez moi. Les jours où je commence à 8h00 (souvent) j'ai faim à 10h30 et 15h00.
hmm Nolwenn, si tu as faim à 10 heures, c'est que tu n'as pas pris correctement le petit déjeuner chez toi, rien à voir avec la cantine, le matin... Il faut se méfier du grignotage de milieu de matinée... Par contre si tu as faim au milieu de l'après midi, c'est bien qu'il y a un problème de quantité au self...
Tous ceux du Mont D'Or qui regarde cette discussion, je vous réviens que les élèves font encore une "grève" devant le self donc apporter votre manger si vous êtes d'accord !!
je suis fière de toi Morgane.....
On a eu souvent le meme problème en Italie aussi. Il y a quelque années un chef d'institut décida avec les parents d'essaier la solution des sandwichs préparés par eux à manger dans les classes, jamais dans la rue.
Il a eté une bonne solutions, chez nous.
bonsoire je suis angelle j aimerais ajoute un commentaire as propos des eleves ces normal que les eleve ce plein si la nourriture ne les plaissent pas il sont le droit de ce plein ou sil trouve les eleves dois etre bien encadre sais ces eleves qui seront les reprentant de la nation
ces eleves doit etre bien suivie les ecoute attentivement ecoute ce qu ils sont as die comme cela tu pourra les suive sains probleme merci
c'est génial morgan !

RSS

Supporters

Be Creative ! Make your Difference !

Activité la plus récente

Sami Jarkas a commenté l'album de Sami Jarkas
11 mars
Album publié par Sami Jarkas
11 mars
Sami Jarkas a partagé son billet sur Facebook
11 mars
Sami Jarkas a partagé sa discussion sur Facebook
11 mars
Sami Jarkas a partagé sa photo sur Facebook
10 mars
Sami Jarkas a partagé sa discussion sur Facebook
10 mars
Sami Jarkas et G. Mat sont désormais ami(e)s
10 mars
Peyrard est désormais membre de L'Ecole Hors les Murs - School Beyond The Walls
4 déc. 2017
anterrieu est désormais membre de L'Ecole Hors les Murs - School Beyond The Walls
12 nov. 2017

Badge

Chargement en cours…

© 2018   Créé par Vincent Mespoulet.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation