N.G.L Hammond (1907-2001) est un topographe anglais spécialiste de la Grèce du Nord. Alors qu’il est universitaire, il profite de ses vacations pour explorer la Grèce du nord et l’Albanie à de nombreuses reprises. Ses explorations font de lui l’un des plus grands connaisseurs de ces régions reculées encore très peu étudiées. Sa bonne connaissance du terrain lui vaut d’être poster en Grèce pendant la seconde guerre mondiale ce qui lui permettra encore d’accroitre sa connaissance du territoire macédonien notamment. De retour en Grande Bretagne il endosse le rôle de professeur à l’université de Bristol. Il contribue à l’édition et à la rédaction des divers volumes de la Cambridge Ancient History ainsi que de la seconde édition de l’Oxford Classical Dictionary qui sont les deux plus grandes références bibliographiques anglo-saxonnes dans l’étude de l’Antiquité.

 

I-               Les méthodes de travail de N. Hammond

 

1-    Une formation particulière


Hammond n’est pas un historien mais un topographe. Il est néanmoins l’un des plus grands spécialistes de la Grèce du Nord. Dans ces articles ou livres, la démarche qu’il adapte n’est clairement pas celle à laquelle nous sommes le plus habituée. En effet, N. Hammond se trouve le plus souvent dans un registre narratif que démonstratif. La méthode historique française veut que chaque argument soit agrémenté d’un exemple. Hammond, quand à lui, récite la série de conclusions auxquelles il a abouti en citant çà et là des exemples, mais jamais systématiquement. Aussi, sa démonstration est différente de celle de la plupart des antiquisants.

N. Hammond est anglais. Quand bien même il serait historien, l’historiographie anglo-saxonne est différente de la nôtre. L’exploitation des sources et leur interprétation reste néanmoins la même. Cependant, Hammond remet peu en cause la fiabilité des sources avec lesquelles il travaille, notamment les sources littéraires.

2-    Les sources exploitées

 

N. Hammond procède à l’examen de tous types de sources pour son étude. Il utilise la numismatique pour les aspects économique de la question ; mais aussi l’archéologie, surtout pour les régions correspondants à l’Albanie actuelle ; l’épigraphie et enfin les sources littéraires. Les auteurs les plus étudiés pour son étude sont Strabon et Thucydide, mais il mentionne également Plutarque, Aristote et Polybe. Les nécropoles sont des sites archéologiques très étudiés par Hammond. Il est sans doute le premier à établir des relations entre différents groupes grâce aux traditions funéraires dégagées à partir de ce type de fouille. Les sources épigraphiques mentionnées sont surtout présentes en Molossie près de Dodone.

 

3-    Les domaines étudiés par Hammond

Grâce à l’examen d’une palette de sources complète, Hammond est en mesure d’aborder de nombreux thèmes de recherche. Si des chercheurs se sont spécialisés dans certaines questions plus précises concernant la Grèce du Nord, on ne distingue pas de spécialisation propre à l’auteur dans l’étude de ces régions. On peut néanmoins dire que ses connaissances les plus fiables concernent la topographie des lieux. Hammond aborde à la fois l’histoire politique, économique, sociale et artistique d’Epire et de Macédoine (et d’Illyrie dans certains articles).

En effet, Hammond est un spécialiste de ces deux régions. Ayant passé une grande partie de sa vie en Grèce, le célèbre topographe connait parfaitement ces régions. Ces connaissances du terrain lui sont très utiles pour ses travaux. Elles lui permettent d’explorer des territoires jusque-là très peu connus et de mettre la lumière sur de nouveaux sites jamais explorés.

Chronologiquement, les études de Hammond sont très larges. Il étudie la Grèce du Nord depuis l’âge de bronze jusque la période de l’occupation romaine.

 

II-            L’apport des travaux scientifiques de N. Hammond


Les travaux de N. Hammond porte sur la Grèce du Nord sur une très longue période. Auteur de deux grosses synthèses, l’une sur la Macédoine et l’autre sur l’Epire (voir fiche de lecture), Hammond a beaucoup contribué à l’apport de nouvelles connaissances concernant ces deux régions encore peu étudiées. Il a également travaillé sur l’Illyrie, région située au nord de l’Epire.

1-    Ses travaux concernant l’Illyrie.

 

Illyrie est un terme géographique historique se référant à un territoire mal défini situé sur la côte est de l'Adriatique. Hammond a centré ses études sur la région des lacs située entre le  sud de l’Illyrie et le nord-ouest de la Macédoine. Hammond parvient à identifier de nombreux peuples illyriens vivant dans cette région et à établir des relations entre eux grâce à l’analyse du terrain (voies de communication...), à la numismatique ou encore aux résultats des fouilles de nécropoles. Les résultats des fouilles de deux nécropoles royales sont analysés dans son article Illyrians and north-west Greeks  publié dans la Cambridge Ancient History (vol.6, pages 422-443). Hammond donne une première hypothèse concernant l’organisation politique et économique des tribus illyriennes. La transhumance se situe au cœur de l’économie de cette région. De plus, il met en avant le règne de Bardylis, grand roi illyrien, précurseur de Philippe II de Macédoine, qui soumet à plusieurs reprises les Chaones, les Molosses et les Macédoniens. La numismatique permet à Hammond d’avancer l’hypothèse selon laquelle Bardylis construit une vaste région d’échange dans la région des Balkans du centre et au nord du Danube. L’archéologie permet de découvrir l’existence de grands centres influents en Illyrie tels que Apollonia ou encore Epidamnus.

(Si l’on compare la carte avec la liste des peuples illyriens mentionnés par Hammond dans son article Illyrians and north-west Greeks  publié dans la Cambridge Ancient History (vol.6, pages 422-443), on remarque qu’un certain nombre de sites sont aux couleurs des peuples grecs et non illyriens comme ils devraient être selon les études de Hammond. Ayant malheureusement trouvé cette carte sans date, je ne peux qu’émettre l’hypothèse selon laquelle cette carte représentant les différents peuples de Grèce du Nord serait postérieure à la période étudiée par Hammond. Ainsi, certains de ces peuples anciennement illyriens auraient pu être intégrés par le koinon des épirotes. Plus simplement, la carte est peut-être tout bonnement fausse mais elle permet néanmoins de localiser les lieux concernés par l’étude de Hammond.)

 

2-    Ses travaux concernant l’Epire.


Hammond est l’auteur d’une synthèse de 847 pages rassemblant tous ces travaux concernant l’Epire. Hammond avait déjà publié une luxuriante collection d’articles nous faisant part de ses différentes conclusions tirées de ses nombreux voyages en Grèce du Nord et ce livre nous permet ainsi d’avoir, en un seul volume, l’ensemble des résultats de ses études concernant l’Epire. Une fois de plus, ses compétences de topographes lui permettent de localiser de grands groupes épirotes (en bleu sur la carte). Hammond défini deux koina important : celui des Molosses et celui des Chaones. En alliant épigraphie, archéologie, numismatique et tradition littéraire, Hammond explique dans ses travaux l’organisation politique de ces deux koina ainsi que leur mode de vie. Grâce à l’étude de décrets, Hammond émet l’éventuelle possibilité d’une unification de ces peuples autour d’une langue commune.

 

3-    Ses travaux concernant la Macédoine.

 

Hammond est l’auteur d’une synthèse de 413 pages concernant l’histoire de la Macédoine. The macedonian state  est divisé chronologiquement : l’analyse de Hammond débute à l’émergence de l’Etat macédonien et se termine au moment de la conquête romaine, après la troisième guerre de Macédoine. Différents aspects sont traités par Hammond : une très large partie de son analyse est consacrée à la définition et à l’organisation de l’Etat. L’auteur consacre une grande partie de son étude aux relations qu’entretiennent les différents groupes sociaux entre eux et une place y est faite pour les peuples intégrés lors des conquêtes militaires de la Macédoine. Bien entendu, une partie de ses travaux est consacrée au roi, représentant de l’Etat macédonien. Ces pouvoirs et privilèges sont définis. Enfin, l’histoire militaire, articulée autour des armées de Philippe II, n’est pas laissée de côté. Par ailleurs, Hammond travaille beaucoup autour de la politique menée par Philippe II puis par son successeur, son fils Alexandre le Grand. Il définit différents types de comportement politique adopté par l’Etat macédonien à l’encontre des Illyriens ou des Epirotes.

 

III-          Hammond, une référence essentielle ?

 

1-    Des travaux indispensables pour l’historien de la Grèce du Nord ?

 

On peut affirmer sans hésitations que N. Hammond est l’un des plus grands spécialistes de la Grèce du nord. Sans doute était-il celui qui connaissait le mieux ces régions. C’est pourquoi la lecture de ces travaux est indispensable à la connaissance des antiquisants. Il n’existe pas d’équivalent dans la production littéraire anglo-saxonne qui égale les travaux de Hammond. Si lire N. Hammond n’est pas toujours évident, ses synthèses permettent d’acquérir une grande connaissance nécessaire à l’établissement d’une histoire introductive pour l’Epire, la Macédoine ou encore l’Illyrie. La diversité des sujets traités est un atout majeur qui joue en faveur de l’auteur : il reste la référence principale anglaise de l’histoire de la Grèce du nord. Par exemple, Hammond clarifie de nombreux aspects inconnus de la monarchie macédonienne comme la position médiatrice du roi entre la communauté et les dieux (la sacralité du roi), les alliances politiques faites à travers le mariage ou encore les similitudes que présente la royauté macédonienne avec celle de Sparte. Pour l’Epire, il aborde de plus vastes sujets tels que la politique, la religion, les mouvements migratoires et coloniaux ou encore les progrès et « l’urbanisation » (sic dans le livre sur l’histoire de l’Epire) des peuples de Grèce du Nord.

 

2-    Les travaux de Hammond remis en question.

 

S’il n’existe pas de référence équivalente à Hammond, c’est travaux ne sont tout de même pas moins en parti remis en question. N’étant pas un historien, la plupart de ses démonstrations restent faibles et ses exemples sont rarement mis en exergue pour illustrer ses arguments. C’est pourquoi il faut être prudent lorsque l’on travaille à partir de ses articles.

A de nombreuses reprises, les historiens reprochent à Hammond ses prises de position. C’est notamment le cas dans son ouvrage concernant la Macédoine où les ennemis politiques de la monarchie sont critiqués par l’auteur et les qualités morales de Philippe II ou d’Alexandre le Grand dont mises en avant.

De plus, un certain nombre de ses hypothèses ont pu être réfutées et certaines sont encore discutées grâce à l’apport de nouvelles découvertes archéologiques récentes.

 

Conclusion

 

N.G.L Hammond est une référence essentielle dans l’étude de la Grèce du nord pour plusieurs raisons. Un certain nombre de ces travaux ont permis d’élargir nos connaissances quant à ces régions peu étudiées. Il est également, il faut le dire, une référence obligatoire car il est bien le seul à proposer une bibliographie aussi fournie –en tout cas pour les étudiants anglo-saxons- qui permettent aux futurs antiquisants une première prise de contact avec ces régions. Si certaines de ses démonstrations sont remises en question, il n’en reste pas moins que la plupart d’entre elles, quand bien même les arguments fournis sont peu étayés, restent très probables et peu discutables. Pierre Cabanes, historien émérite français spécialiste de la Grèce du Nord, propose lui aussi une bonne synthèse sur l’Epire publiée quelques années après la parution de celle d’Hammond. Il reste beaucoup d’études à mener dans ces régions. Si les travaux de Hammond peuvent être facilement contestables, ils restent une base nécessaire pour une première approche.

Vues : 87

Pièces jointes :

Réponses à cette discussion

Mille mercis Mathilde. Vous synthèse est vraiment très bien ! Je reconnais bien là votre efficacité redoutable... Vous avez notamment bien mis en relief son approche un peu particulière, dûe à sa formation de topographe et à l'influence de l'école anglo saxonnne. 

Juste deux remarques : 

-ne soyez pas trop dure avec Hammond dans votre partie "remises en question". Son apport est essentiel, même si certains points ont donné lieu à des débats (ce qui est normal après tout). Il fait partie des noms à connaître avec Cabanes, Hatzopoulos ou encore Dakaris.

-sur la localisation des peuples de l'Illyrie, il suffit de rester très prudent. Et d'attendre de nouvelles découvertes épigraphiques qui permettront, peut-être, de localiser tel ou tel ethnos. Ce problème de la localisation des ethnè est certes essentiel ; mais très compliqué et loin d'être résolu. C'est un des chantiers en cours sur ces régions. 

Pour rappel, voici le lien de la carte présentée dans la Cambridge history :

http://horslesmurs.ning.com/photo/hammond-gr-ce-du-nord-cambridge-h...


RSS

Supporters

Be Creative ! Make your Difference !

Activité la plus récente

Discussion publiée par Or-Tal Kiriati

Would you join a Mystery Skype Session with me?

Loved this idea by Skype, but couldn't connect to other classrooms on their platform. Was hoping to…Plus
2 janv.
MorenaP. La Torre et CLARISSA M. sont désormais ami(e)s
20 nov. 2016
MorenaP. La Torre a mis à jour son profil
20 nov. 2016
Billet de Jan Theuninck
8 nov. 2016
Laura a mis à jour son profil
5 oct. 2016
Michel Truffer a partagé un profil sur Facebook
21 sept. 2016
Vincenzina Pace a laissé un commentaire pour CARLO SCOCCIA
"Benvenuto!"
29 août 2016
CARLO SCOCCIA est désormais membre de L'Ecole Hors les Murs - School Beyond The Walls
29 août 2016
SOLANGE a partagé sa vidéo sur Facebook
13 juin 2016
Vincent Mespoulet a commenté la photo de Vincent Mespoulet
Miniature

PA030342

"Nils et Noah"
17 nov. 2015
Vincent Mespoulet a commenté la photo de Vincent Mespoulet
Miniature

PA030318

"Margaux & Anna R."
17 nov. 2015
Vincent Mespoulet a commenté la photo de Vincent Mespoulet
Miniature

PA030310

"Til-Ann & Yoann"
17 nov. 2015

Badge

Chargement en cours…

© 2017   Créé par Vincent Mespoulet.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation