Mihai Eminescu (1850-1889)



Mihail Eminescu naquit le 15 janvier 1850 à Ipotesti, village de haute Moldavie. Il fit ses études au lycée de Cernauti et, dès l'âge de quatorze ans, il manifesta un curieux désir d'indépendance et d'évasion. Il fut étudiant à Vienne où il se mêla à la jeunesse libérale et écrivit ses premiers poèmes. Après un bref séjour à Iasi, il repartit pour l'étranger, à Berlin.Il rentra définitivement au pays, en 1875, sans avoir acquis de titre universitaire dans la discipline qu'il avait choisie, la philosophie. Il fut à la fois biblothécaire, inspecteur des écoles, puis journaliste. Mal payé, mal logé et se nourrissant mal, il mena une vie de bohème, marquée à partir de 1883 par l'alternance de crises dépressives et de périodes de lucidité. Interné dans un hospice en 1889, il mourut le 15 juin.

Ce poète – le plus grand de la Roumanie – avide de culture universelle et fin connaisseur de la poésie populaire nationale a élaboré une extraordinaire synthèse entre, d'une part, les vieux thèmes que lui fournissait son érudition : vanité des choses, fragilité de l'être, de la nature et de l'amour, menace du néant ou révolte contre le destin, et, d'autre part, l'inspiration originale et forte de ce peuple de villageois et de pasteurs issus des lointains Daces, colonisés par les Romains.

Presque ignoré de son vivant où il n'a publié qu'un volume de Poésies (1884), il est pourtant le plus grand poète lyrique roumain. Eminescu chante dans une langue ample et forte l'antagonisme entre les valeurs spirituelles et la société contemporaine, le passé de son pays et les espoirs qu'il met dans l'indépendance de son peuple. Les souffrances de l'amour, une aspiration douloureuse à se fondre avec la nature vibrent dans ses poèmes et font de son œuvre l'expression désespérée de la solitude et de la nuit. Son chef-d'œuvre reste sans doute la ballade lyrique intitulée Luceafarul( L'Astre du soir). Mais il est l'auteur d'une œuvre très abondante publiée après sa mort.

Mihail Eminescu est avant tout un poète lyrique d'une extraordinaire puissance verbale. Il y a une langue roumaine antérieure à son œuvre et une langue nouvelle, qu'il a forgée et que tous les poètes roumains, après lui, essaient de manier.
En vingt ans seulement- entre 1864 et 1883- Mihai Eminescu a réussi à marquer profondément la culture roumaine. Par toute son oeuvre, Mihai Eminescu a réalisé une vaste et profonde synthèse visionnaire du filon ancestral, thraco-dace et latin, de la culture roumaine. Il a éveillé dans l'âme du peuple roumain la conscience de son être historique.

Ses ardents et courageux idéaux patriotiques, le rayonnement d'intense beauté de l'expression artistique de sa pensée et sensibilité, son inégalable contribution a l'évolution de la culture et littérature roumaines, a son ouverture universelle, ont fait de Mihai Eminescu "le génie national", "le poète sans paire", "le créateur de générations", "le poète le plus poète".

Poète de l'amour, Eminescu chante l'impossible bonheur : la femme devrait le comprendre, l'aider à se comprendre
soi-même et surtout lui accorder la féerie lascive sous la pluie des fleurs de tilleul, loin du monde, au cœur de la forêt complice. Après Vigny, Eminescu a traité la femme de Dalila, mais c'est pour la mieux supplier : « De ce nu-mi vii ? » (« Pourquoi ne viens-tu pas ? »). Les arbres, la colline, le bois touffu, « frère du Roumain », sont le décor de la joie d'aimer. Cependant ailleurs, plus haut, plus loin et comme dans un autre univers, la vision d'une errance d'astres formés de minéraux hostiles, dans un cosmos d'apocalypse, ne cesse de hanter l'imagination d'Eminescu. La lune, astre froid, se promène au-dessus des mers et des étendues mortes, en étrange contraste avec l'intimité de la forêt moldave. De sa propre mort l'homme peut se servir comme d'un argument de blasphème à l'égard de la divinité. Mais, nouveau contraste : Eminescu, qui prend les traits d'un Dace pour mieux clamer son athéisme, a composé de très délicates litanies à la Vierge.



L'œuvre d'Eminescu se réduit à un recueil de courts poèmes, des sonnets, des pièces en forme de romances populaires, cent trente morceaux environ. Mais cette œuvre publiée ne représente qu'une très petite partie, le vingtième, peut-être moins encore, des textes manuscrits laissés par le poète. Et ce n'est pas un des aspects les moins dramatiques de cette existence qu'elle cesse au moment de sa plus grande fécondité. Eminescu avait le pressentiment de sa fin. Dans un de ses vers, il note que l'instrument est brisé et que le maître est devenu fou. Il avait également claire conscience de son génie et de son destin comme poète et comme homme. Il a laissé dans son chef-d'œuvre, le poème « Luceafarul » (Hypérion), une sorte de testament spirituel : une jeune enfant, fille de roi, est amoureuse d'un astre brillant. Elle l'appelle chaque soir de la fenêtre du château paternel, au bord de la mer. Ému par cette invocation, l'astre descend des cieux et surgit de l'océan sous les traits d'un prince. Mais la jeune fille lui demande davantage : qu'il renonce à son éternité d'astre pour devenir un être humain. Hypérion s'engage alors dans une longue errance interstellaire pour rejoindre Dieu afin d'obtenir la cessation de son privilège. Mais, de là-haut, le Seigneur lui montre un affreux spectacle : la fille du roi, Catalina, s'est laissé prendre à l'amour d'un jeune page. Elle est avec lui dans son jardin et demande à l'astre-prince d'illuminer son bonheur. Hypérion comprend la vanité du sacrifice auquel il allait consentir. Il ne rejoindra pas les humains. Il restera à jamais nemuritor si rece, « immortel et froid ».
Que ce chef-d'œuvre ait été composé en quatre-vingt-quatorze petites strophes de quatre vers courts, sur le rythme et selon la facture des poèmes populaires, voilà qui donne au plus haut sommet de la lyrique roumaine le caractère d'une extraordinaire réussite.

Vues : 99

Commenter

Vous devez être membre du groupe « L'Ecole Hors les Murs - School Beyond The Walls » avant de pouvoir ajouter des commentaires!

Rejoindre L'Ecole Hors les Murs - School Beyond The Walls

Commentaire de Vincent Mespoulet le 13 janvier 2008 à 23:21
Merci de ce blog qui nous éclaire ce poète que je ne connaissais pas, à ma grande honte...

Supporters

Be Creative ! Make your Difference !

Activité la plus récente

Michel Truffer a partagé son billet sur Facebook
22 sept. 2018
Sami Jarkas a commenté l'album de Sami Jarkas
11 mars 2018
Album publié par Sami Jarkas
11 mars 2018
Sami Jarkas a partagé son billet sur Facebook
11 mars 2018
Sami Jarkas a partagé sa discussion sur Facebook
11 mars 2018
Sami Jarkas a partagé sa photo sur Facebook
10 mars 2018
Sami Jarkas a partagé sa discussion sur Facebook
10 mars 2018
Sami Jarkas et G. Mat sont désormais ami(e)s
10 mars 2018
Peyrard est désormais membre de L'Ecole Hors les Murs - School Beyond The Walls
4 déc. 2017
anterrieu est désormais membre de L'Ecole Hors les Murs - School Beyond The Walls
12 nov. 2017

Badge

Chargement en cours…

© 2019   Créé par Vincent Mespoulet.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation