GLOSSA



Vreme trece, vreme vine, Toate-s vechi si nouă toate;
Ce e rău şi ce e bine
Tu te-ntreabă si socoate;

Nu spera si nu ai teamă,
Ce e val ca valul trece;
De te-ndeamnă, de te cheamă,
Tu ramâi la toate rece
.

Multe trec pe dinainte, In auz ne sună multe,
Cine ţine toate minte
Si ar sta să le asculte?...

Tu asază-te deoparte,
Regăsindu-te pe tine,
Când cu zgomote deşarte
Vreme trece, vreme vine.

Nici încline a ei limbă Recea cumpănă-a gândirii
Inspre clipa ce se schimbă
Purtând masca fericirii,

Ce din moartea ei se naşte
Si o clipă ţine poate;
Pentru cine o cunoaşte
Toate-s vechi si nouă toate.

Privitor ca la teatru Tu în lume să te-nchipui:
Joace unul si pe patru,
Totuşi tu ghici-vei chipu-i,

Si de plânge, de se ceartă,
Tu în colţ petreci în tine
Şi-nţelegi din a lor artă
Ce e rău şi ce e bine.

Viitorul şi trecutul Sunt a filei două feţe,
Vede-n capăt începutul
Cine ştie să le-nveţe;

Tot ce-a fost ori o să fie
In prezent le-avem pe toate,
Dar de-a lor zădărnicie
Te întreabă şi socoate.

Căci aceloraşi mijloace Se supun câte există,
Şi de mii de ani încoace

Lumea-i veselă şi tristă;
Alte măsti, aceeaşi piesă,
Alte guri, aceeaşi gamă,
Amăgit atât de-adese
Nu spera şi nu ai teamă.

Nu spera când vezi mişeii La izbânda facând punte,
Te-or întrece nătărăii,
De ai fi cu stea în frunte;

Teamă n-ai, câtă-vor iarăşi
Intre dânşii să se plece,
Nu te prinde lor tovarăş:
Ce e val, ca valul trece.

Cu un cântec de sirenă, Lumea-ntinde lucii mreje;
Ca să schimbe-actorii-n scenă,
Te momeşte în vârteje;

Tu pe-alături te strecoară,
Nu băga nici chiar de seamă,
Din cărarea ta afară
De te-ndeamnă, de te cheamă.

De te-ating, să feri în lături, De hulesc, să taci din gură;
Ce mai vrei cu-a tale sfaturi,
Dacă ştii a lor măsură;

Zică toţi ce vor să zică,
Treacă-n lume cine-o trece;
Ca să nu-ndrăgeşti nimica,
Tu rămâi la toate rece.

Tu ramâi la toate rece, De te-ndeamna, de te cheama:
Ce e val, ca valul trece,
Nu spera si nu ai teama;

Te întreaba si socoate
Ce e rau si ce e bine;
Toate-s vechi si noua toate:
Vreme trece, vreme vine.

Glose


Temps qui fuit, temps qui s'amène, Toutes sont vieilles, nouvelles sont toutes;
Mal ou Bien, quelle est leur veine

T'interroge, calcule le doute;
N'espère pas, ni n'appréhende,
Une vague, comme vague passe;
On t'incite, on te demande,
Pour toutes choses reste de glace.


Devant nous passent bien des choses,
Notre ouïe beaucoup percutent.
Qui dans la tête se les pose ?

Qui resterait à l'écoute ?
De côté te range tranquille,
A te retrouver t'entraîne,
Lorsqu'en de vains bruits défilent
Temps qui fuit, temps qui s'amène.



Que ni la raison n'incline
L'aiguille de sa froide balance
Vers l'instant changeant sa mine
Pour le masque de la chance,
Qui de son trépas va naître;
Dure peut-être une seule minute.
Pour qui sait les choses connaître,
Toutes sont vieilles, nouvelles sont toutes.



Spectateur comme au théâtre
Dans la vie te considère :
Que l'un interprètre même quatre
Son visage pour toi s'avère.
Et s'il pleure, s'il cherche querelle,
Tu t'amuses et vois sans peine
Tout ce que sont art recèle,
Mal ou Bien, quelle est leur veine.



Avenir, Passé, s'induisent,
D'une seule feuille sont les deux faces,
Du début peuvent voir les traces
Dans la fin, ceux qui s'instruisent;
Choses qui furent ou qui vont être,
Au présent on les a toutes,
Leur vanité pour connaître
T'interroge, calcule le doute.

Car les mêmes moyens régissent Tout ce qu'ici bas existe,
Depuis tant d'années qui glissent,

Il est gai, le monde, et triste;
D'autres masques, jouent la même pièce,
D'autres bouches, la même gamme rendent,
Tant de fois dupé, toi, laisse,
N'espère pas, ni n'appréhende.



N'espère, quand les misérables
Vers la gloire des ponts lancent,
Te dépassent niais minables,
Même si tu n'es que brillance;
Calme-toi, à nouveau impliquent
L'un de l'autre la disgrâce,
Ne te mêle pas à leur clique;
Une vague, comme vague passe.



En chantant, tel qu'une sirène,
Le monde tend des rêts qui brillent,
Pour changer d'acteurs en scène,
Il attire et entortille;
Toi, de côté, les évite,
Qu'insensible tu te rendes
Si pour que ta route tu quittes
On t'incite, on te demande.



Blessé, met-toi en réserve,
Bafoué, tes mots ravale;
Tes conseils à quoi leur servent
Quand tu sais bien ce qu'ils valent ?
Tous sont libres de médire,
Qui voudra, par ce monde passe;
Qu à aimer, rien ne t'attire,
Pour toutes choses reste de glace.



Pour toutes choses reste de glace,
On t'incite, on te demande;
Une vague comme vague passe,
N'espère pas, ni n'appréhende;
T'interroge, calcule le doute
Mal ou Bien, quelle est leur veine;
Toutes sont vieilles, nouvelles sont toutes :
Temps qui fuit, temps qui s'amène.


traduction du roumain : Véturia DRAGANESCU-VERICEANU sur le site site http://jeanloup.roland.free.fr/


GLOSSA est une poésie à forme fixe, composée d'un nombre de strophes égal au nombres des vers de la première strpophe. A partir de la deuxième strophe chacune des suivantes commente un vers de la première strophe en le reprenant comme une conclusion de la strophe respective. La première strophe, la strophe- thème, est l'expression concise, sous forme d'aphorisme, des vérités généralement valables. La dernière strophe reprend l'ordre inverse des vers de la première strophe.

C'est à la fois une poésie phiposphique écrite sous l'influence de Schopenhauer, une méditation sur le sens profond de la vie, sur la vanité du monde, de même que sur la condition et la destinée du l'homme supérieur.

Vues : 390

Commenter

Vous devez être membre du groupe « L'Ecole Hors les Murs - School Beyond The Walls » avant de pouvoir ajouter des commentaires!

Rejoindre L'Ecole Hors les Murs - School Beyond The Walls

Commentaire de Smaranda Avram le 16 janvier 2008 à 18:04
Tu sais, Vincenzina, ce n'est pas par hasard que ce poète est considéré notre poète national. Malheureusement il est assez peu connu à l'étranger, c'est le sort des ''petites cultures'' d'etre peu connues et appréciées à leur juste valeur. Comme le disait Camus, il faut avoir la chance ''d'entrer dans la circulation des valeurs''.
Commentaire de Vincenzina Pace le 16 janvier 2008 à 17:09
Bellissima, Smaranda! Je t'en remercie particulièrement. Il me plait aussi la forme de cette poésie que je connaissais pas: cette forme circulaire de leçon qui rassemble une ancienne cantilène :)

Supporters

Be Creative ! Make your Difference !

Activité la plus récente

Michel Truffer a partagé son billet sur Facebook
22 sept. 2018
Sami Jarkas a commenté l'album de Sami Jarkas
11 mars 2018
Album publié par Sami Jarkas
11 mars 2018
Sami Jarkas a partagé son billet sur Facebook
11 mars 2018
Sami Jarkas a partagé sa discussion sur Facebook
11 mars 2018
Sami Jarkas a partagé sa photo sur Facebook
10 mars 2018
Sami Jarkas a partagé sa discussion sur Facebook
10 mars 2018
Sami Jarkas et G. Mat sont désormais ami(e)s
10 mars 2018
Peyrard est désormais membre de L'Ecole Hors les Murs - School Beyond The Walls
4 déc. 2017
anterrieu est désormais membre de L'Ecole Hors les Murs - School Beyond The Walls
12 nov. 2017

Badge

Chargement en cours…

© 2019   Créé par Vincent Mespoulet.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation