Bonne nouvelle

Aujourd'hui mon maitre m'achète un nouveau collier ça fait déjà longtemps que je lui ai fait sentir mon collier me serre et en plus il est tout défraichi.

J'ai quand même un rang à tenir, ma lignée remonte aux croisades, nombres grands personnages de ma famille s'y sont illustrés.

Le collier je le souhaiterais bien rembourré, le collier actuel, très rugueux, blesse mon cou très sensible, ma maitresse, qui a le sens pratique, me met pourtant régulièrement une crème de sa composition...

Pouah! je n’aime pas trop l'odeur...les maitres ont quand même de drôles de goûts !

Elle se parfume trop, et souvent dans la rue, d'autres maitres se retournent sur elle, moi je sais qu'ils se retiennent mais ils aimeraient bien la renifler de plus près...

Sont vraiment très bizarres, parfois, ces maitres; l'autre jour j'en ai même vu un qui, sans plus se cacher, a arrosé le buisson du square! Une honte dans un pays civilisé!

Moi je ne pourrai pas, j'ai de la pudeur et du respect, mon maitre le sait, il m'emmène deux fois par jour faire mes besoins dans un "petit coin" spécial, moi j'adore!

Je pourrai y rester des heures...mon maitre est gentil mais je ne dois pas abuser, et je sens quand il commence à s'énerver, il tourne en rond sans arrêt...Là il est tempsque je sorte!

Demain on a prévu, enfin il a prévu (j'aime bien lui laisser croire qu'il décide) d'aller, entre "males», me chercher une compagne...

J'en frétille d'avance, il était temps, je suis maintenant assez âgé pour songer à avoir une vie sexuelle épanouie.

À ce sujet mes maitres se comportent aussi de façon très spéciale, les ronds de jambes, les approches timides, enfin bref, la galanterie ça leur passe par-dessus la tête, la première approche est la bonne, sauf si bien sûr un autre prétendant est sur le coup...alors là, je ne vous dis pas, c'est le raout assuré.

Nous, les pauvres, ont a beau tirer sur notre laisse dans tous les sens, rien à faire. Enfin il y en a un qui finit par céder le terrain et la belle pousse de petits cris de joie à la victoire de son héros.

Mais je reviens à ce collier, ma maitresse me conduisait au magasin du coin de la rue, en fait c'est plus moi qui la conduisais.

Elle avait même du mal à me retenir tant j'étais pressé de recevoir ce nouveau collier. Au magasin je ne savais plus où donner des yeux, tous ces équipements bariolés ou sophistiqués me donnaient le tournis.

Vraiment, les maitres ne savent pas quoi inventer pour assouvir leur passion à nous déguiser, le gilet jaune rayé de rose, était pour eux du dernier chic!!!

Elle choisit bien évidemment le plus kitsch et pour faire bonne mesure elle prit également la dernière laisse "roll’ in shock"...

Le choc c'est moi qui l'ai eu, une fois le tout installé et dument

accroché à mon cou, elle voulut faire l'essai du "roll’ in shock", elle tira vivement sur la laisse d'un coup sec, comme lui avait indiqué le vendeur....Et me voilà stoppé net les quatre fers en l'air!

Ma maitresse trépigne de satisfaction et moi j'essaie péniblement de déglutir, ma pauvre gorge presque broyée par ce fichu gadget.

La journée commence bien, enfin j'ai quand même eu droit au collier

rembourré et là je peux dire que j'apprécie, j'ai même eu chaud parce

que sans lui, pour le coup, ma gorge n'aurait pas résisté.

Ma maitresse avait prévu de faire les magasins pour elle aussi, ça je n’aime pas trop, ils nous sont souvent interdits. Et j'ai horreur de rester attacher à la porte, imaginez que passe un de mes congénère et qu'il me cherche noise, j'ai bonne mine si je dois lui sauter dessus.

Heureusement le ciel est avec moi aujourd'hui, un gros orage menace et les premières gouttes commencent à nous asperger.

Ma maitresse sort en courant tout en cherchant l'équipement qu'elle a prévu pour moi en cas de pluie, là il faut dire qu'elle ne lésine pas sur la protection: un imperméable taillé sur mesure, des bottines de caoutchouc et un splendide chapeau de toile cirée.

Ainsi équipé je me pavane fièrement parmi mes congénères moins bien lotis.

Quant à elle, beaucoup moins douillette comme tout ceux de sonespèce, une petit ciré court tout simple qu'elle enfile juste par la tête.

Nous voilà arrivée à la maison, je dis la maison parce que mes maitres ont céder aux insistances de leur progéniture, à savoir il dort à la maison ou on dort avec lui dehors!

Moi j'ai un avis plus que partagé sur la question, la cabane devant la maison ce n’est pas trop le grand confort, mais on y est chez soi, tandis qu'à la maison, bien sûr c'est la classe, mais le hic ce sont les petits...

Pas un instant de repos, ils sont toujours après moi, à me tirer les moustaches, les poils des oreilles, à monter sur moi tous à la fois.

Il y a des soirs je suis tellement épuisé que je m'endors sur place sans même toucher au repas amoureusement concocté par ma maitresse.

La nuit venue je retrouve un peu de tranquillité, j’ai mon petit coin bien à moi et même une petite veilleuse que m’a gentiment apportée ma petite maitresse :

tiens mon gros loulou c’est pour toi ! >>

Au petit matin c’est le branle-bas, tout le monde est sur le pied de guerre et il y a la queue aux commodités, moi je m’en moque un peu on ne me sort que deux fois par jour et c’est suffisant.

Mais eux ils ont besoin au moins d’une dizaine de pose pipi …

Enfin c’est mon tour, je guette devant la porte avec ma laisse neuve, c’est le signe de reconnaissance pour ma promenade matinale grosse commission.

Là c’est la croix et la bannière pour qu’un volontaire se décide, à croire que c’est une corvée de me sortir, non mais des fois !!!!

Ouf , il était temps le maitre c’est enfin dévoué pour les autres, dehors il fait un froid de macaque, comme ils disent, j’ai les extrémités gelées et je ne traine pas ou plutôt si, je traine mon maitre sur le chemin du retour et là au détour d’un bosquet qui vois-je ? Lola ! la belle Lola.

Je pile net et mon maitre, de trainé qu'il était, se transforme en projectile pour aller atterrir en plein sur la maitresse de Lola.

Voilà une rencontre qui apporte un peu de piment dans ma vie solitaire, c’est qu’elle a du chien la belle Lola, ça fait déjà quelque temps que je la vois dans le quartier, elle ne passe pas inaperçue et j’ai vu que plusieurs de mes congénères l’avaient eux-aussi remarquée.

Bon, la rencontre à l’air de bien se passer, mon maitre a bien fait quelques tentatives d’approche, vite repoussées par la maitresse de Lola. Moi je fais de la résistance à la traction énergique de la laisse, les membres bien campés au sol, j’oppose une passive mais ferme volonté de rester sur place.

N’en tenant plus mon maitre actionne la fameuse "roll’ in shock" et vloufff… je me retrouve propulsé à plusieurs mètres en avant.

J’émets, pour la forme, quelques fermes protestations et me décide enfin à le suivre à la maison.

to be continued...

Vues : 10

Commenter

Vous devez être membre du groupe « L'Ecole Hors les Murs - School Beyond The Walls » avant de pouvoir ajouter des commentaires!

Rejoindre L'Ecole Hors les Murs - School Beyond The Walls

Commentaire de Michel Truffer le 29 août 2010 à 16:40
La chute encore plus!!!
j'avais mis "à du chien " au début pour la maitresse...j'ai du le retirer puisque j'avais mis la même chose à propos de "Lola"
Tu avais raison à propos de feuilleton, je comptais le continuer, je le ferais peut-être après, mais pour l'instant je vais clore cette histoire que j'avais commençée pour être courte.
Tu es gentil, sur mes fautes d'orthographe mais j'ai corrigé mon texte d'une cinquantaine de fautes avant de l'envoyer, je l'avais écrite d'une traite en une demi-heure...l'écriture verticale, c'est curieux comme expression ! moi j'aime bien, mieux, écrire sur l'ordinateur, je vois le texte s'afficher et prendre vie et je peux très facilement corriger....je préfère aussi parce que j'ai une écriture horrible, comme mon caractère, et j'ai du mal à me relire.
Hasta pronto señor Vincento
Commentaire de Vincent Mespoulet le 29 août 2010 à 16:09
mais non Michel :-) tu sais bien que l'écriture verticale sur écran rend difficile (en tout cas pour moi) la relecture. Bizarrement, j'ai toujours du mal à repérer mes erreurs et coquilles sur mes propres textes, et moins sur les textes des autres car on ne les lit pas de la même manière... une dernière vanne facile: ton histoire a du "chien" :-)
Commentaire de Michel Truffer le 29 août 2010 à 14:23
Bof ce ne sont pas des coquilles, mais plus mon incurie en français.....:)
Commentaire de Vincent Mespoulet le 29 août 2010 à 9:33
Quelle jolie idée, ce petit feuilleton animalier au ras du sol et de la truffe ;-) ! J'ai repéré quelques coquilles... Tu veux jouer à les trouver toi-même ou je te les donne ? :-)

Supporters

Be Creative ! Make your Difference !

Activité la plus récente

Badge

Chargement en cours…

© 2017   Créé par Vincent Mespoulet.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation