Staline et la poésie: rencontre fatale avec le Petit Père des Peuples


C'est une activité pédagogique d'Emmanuel Grange qui m'a donné envie de compléter son beau travail par un supplément d'âme poétique...

Il y a toujours eu une poésie de Cour, auprès des puissants, pour faire l'éloge du monarque ou du tyran: éloges, panégyriques, le poète de cour est fort occupé pour chanter la gloire du Fort Fort Lointain des gouvernants. Et il y a toujours eu dans le même temps une poésie licencieuse, moqueuse et grave à la fois qui s'en prend aux mêmes puissants. Souvenons-nous alors des épigrammes, mazarinades, des chansons anti Marie-Antoinette et autres joyeusetés très populaires, autant de pointes acérées contre le Pouvoir que le Peuple transforme le plus souvent en chanson. Cela a entraîné bien des embastillements, des morts héroïques, des exécutions sommaires, des tortures cruelles chez les poètes les plus lucides, les plus téméraires ou les plus inconscients, choisissez le terme qui vous convient le mieux.

Staline n'échappe pas à la règle. Deux immenses poètes ont croisé sa route, pour le meilleur et pour le pire...


Prenons le Staline des Années 30... L'un des plus grands poètes soviétiques est alors Ossip Mandelstam. Il est un grand ami de Boris Pasternak et d'Anna Akhmatova qui a payé un lourd tribut au stalinisme (son premier mari arrêté par la Tcheka puis fusillé dès 1921, elle même interdite de publication à partir de 1922, son dernier amour Nikolaï Pounine arrêté en 1935 et qui mourra dans les camps en 1953, son fils arrêté et déporté au goulag en 1938) et dont nous avons publié le Requiem en russe, anglais et français sur notre réseau à l'occasion du printemps des poètes 2009.

Ossip Mandelstam, donc, qui écrit son fameux épigramme si cruel et si vrai. En voici le texte original, et une traduction, prélevée sur l'excellent blog de Pierre Assouline.

Мы живем, под собою не чуя страны...

* * *

Мы живем, под собою не чуя страны,
Наши речи за десять шагов не слышны,
А где хватит на полразговорца,
Там припомнят кремлёвского горца.
Его толстые пальцы, как черви, жирны,
А слова, как пудовые гири, верны,
Тараканьи смеются усища,
И сияют его голенища.

А вокруг него сброд тонкошеих вождей,
Он играет услугами полулюдей.
Кто свистит, кто мяучит, кто хнычет,
Он один лишь бабачит и тычет,
Как подкову, кует за указом указ:

Кому в пах, кому в лоб, кому в бровь, кому в глаз.
Что ни казнь у него - то малина
И широкая грудь осетина.

Ноябрь 1933


Le Montagnard du Kremlin (novembre 1933)


“Nous vivons sourds à la terre sous nos pieds/ A dix pas personne ne discerne nos paroles.

On entend seulement le montagnard du Kremlin,/ Le bourreau et l’assassin de moujiks.

Ses doigts sont gras comme des vers,/ Des mots de plomb tombent de ses lèvres.

Sa moustache de cafard nargue,/ Et la peau de ses bottes luit.

Autour, une cohue de chefs aux cous de poulet,/ Les sous-hommes zélés dont il joue.

Ils hennissent, miaulent, gémissent,/ Lui seul tempête et désigne.

Comme des fers à cheval, il forge ses décrets,/ Qu’il jette à la tête, à l’oeil, à l’aine.

Chaque mise à mort est une fête,/ Et vaste est l’appétit de l’Ossète.”



Ossip Mandelstam en 1934

Première arrestation

Cliché NKVD



Mandelstam est arrêté une première fois en 1934 pour avoir écrit ce poème. Exilé à deux endroits différents jusqu'en 1937. Puis l'étau se resserre avec les Grandes Purges de 1938. Il est condamné à 5 ans de travaux forcés et il meurt de faim et de froid dans un camp de transit près de Vladivostok aux porte de la Kolyma, sa destination finale, le goulag dont Varlam Chalamov a apporté le plus terrible des témoignages.

Ossip Mandelstam en 1938

Cliché NKVD



Prenons maintenant le Staline des années 50. Car il y a aussi le pire, avec un non moins célèbre poème, de Paul Eluard cette fois, une ode à Staline en pleine puissance du Parti Communiste Français d'après-guerre, sans doute l'un des PC les plus stalinien en Europe occidentale.




Ode à Staline (1950)

Staline dans le coeur des hommes
Sous sa forme mortelle avec des cheveux gris
Brûlant d'un feu sanguin dans la vigne des hommes
Staline récompense les meilleurs des hommes
Et rend à leurs travaux la vertu du plaisir
Car travailler pour vivre est agir sur la vie
Car la vie et les hommes ont élu Staline
Pour figurer sur terre leurs espoirs sans bornes.

Et Staline pour nous est présent pour demain
Et Staline dissipe aujourd'hui le malheur
La confiance est le fruit de son cerveau d'amour
La grappe raisonnable tant elle est parfaite

Staline dans le cœur des hommes est un homme
Sous sa forme mortelle avec des cheveux gris
Brûlant d’un feu sanguin dans la vigne des hommes
Staline récompense les meilleurs des hommes
Et rend à leurs travaux la vertu du plaisir
Car travailler pour vivre est agir pour la vie
Car la vie et les hommes ont élu Staline
Pour figurer sur terre leur espoir sans bornes.

On reconnait ici tous les éléments de la culte de la personnalité, l'aveuglement des compagnons de route dans un contexte tendu de guerre froide...


Ainsi, la Poésie, quand elle rencontre l'Histoire, produit des double bind redoutables, qu'elle utilise l'ironie ou la célébration. Paul Eluard aurait sans doute aimé la poésie d'Ossip Mandelstam...







Vues : 5939

Commenter

Vous devez être membre du groupe « L'Ecole Hors les Murs - School Beyond The Walls » avant de pouvoir ajouter des commentaires!

Rejoindre L'Ecole Hors les Murs - School Beyond The Walls

Commentaire de Gianina Buruiana le 25 octobre 2010 à 17:35
It is absolutely amazing how a great spirit like Paul Eluard( whom I admire very much)with an extraordinary sense of liberty( see the poem Liberte below) was blinded in such measure to make the apology of an odious criminal and manipulator like Stalin. I think sometimes great spirits fall in undesirable mistakes and have paradoxical visions.
Commentaire de Emmanuel GRANGE le 20 octobre 2010 à 22:56
Superbe travail, je me suis régalé de ta plume et du poème d'Ossip Mandelstam que je ne connaissais pas ("Chaque mise à mort est une fête,/ Et vaste est l’appétit de l’Ossète."). J'ai aussi appris une expression "double bind". Je partage ton article avec les élèves (en évaluation, ça changera du bon vieux § argumenté) et la bande à Twitter… On remet ça quand tu veux :)

Supporters

Be Creative ! Make your Difference !

Activité la plus récente

Michel Truffer a partagé son billet sur Facebook
22 sept.
Sami Jarkas a commenté l'album de Sami Jarkas
11 mars
Album publié par Sami Jarkas
11 mars
Sami Jarkas a partagé son billet sur Facebook
11 mars
Sami Jarkas a partagé sa discussion sur Facebook
11 mars
Sami Jarkas a partagé sa photo sur Facebook
10 mars
Sami Jarkas a partagé sa discussion sur Facebook
10 mars
Sami Jarkas et G. Mat sont désormais ami(e)s
10 mars
Peyrard est désormais membre de L'Ecole Hors les Murs - School Beyond The Walls
4 déc. 2017
anterrieu est désormais membre de L'Ecole Hors les Murs - School Beyond The Walls
12 nov. 2017

Badge

Chargement en cours…

© 2018   Créé par Vincent Mespoulet.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation